L'Académie

Académie - un bosquet près d'Athène, où Platon rencontra ses élèves. Donc cela ne fut certainement pas une institution d'enseignement mais dès le début un endroit de conversation, une conversation qui ne sépara pas la poésie de la science. Il s'en suit par conséquence que dans des pays romains où les traditions antiques se survivent plus directement. Des poètes et des artistes se sont réunis, dans la plupart du temps, avec les savants dans les académies des sciences, comme c'est le cas dans l'Académie Française.
En Allemagne par contre c'est l'exception, où les artistes de toutes les disciplines se sont associés dans leurs propres académies comme dans la Bayerische Akademie der Schönen Künste à Munich (1948), la Deutsche Akademie der Künste à Berlin est (1950), la Akademie der Künste à Berlin ouest (1954) et, finalement, dans la Freie Akademie der Künste à Hambourg, qui fut fondée en 1948 par Hans Henny Jahnn.
La Deutsche Akademie für Sprache und Dichtung à Darmstadt s'occupe exclusivement de la conservation concernant la langue et la poésie.
Elles ont toutes en commun, les académies des sciences elles aussi, que le nombre de leurs membres est limité. Les membres seront élus ce qui représente une distinction. Les artistes au sein d'une académie sont en communication permanente entre eux aussi bien qu'avec la société. Pour être vivant l'art ne doit pas être seulement présenté au public, mais il doit également être compréhensible par sa réception et son interprétation.

La compréhension de l'art implique de la volonté de s'en occuper et cela représente une marque de créativité. Ce qui distingue une académie des autres groupement d'artistes c'est son caractère interdisciplinaire. Le fait que toutes sortes d'art se retrouvent sous un seul toit permet la coopération les uns avec les autres ainsi que des discussions au sujet des limites des différents domaines d'art. Ainsi l'académie peut jouer le rôle d'un stimulateur et catalyseur, et peut établir des relations
inhabituelles. Une académie n'est pas un représentant des intérêts pour les divers arts ou des artistes. Elle représente l'exigence de l'art de tous les domaines vis-à-vis de l'état et de la société. Une académie fournit des cadres privilégiés pour la représentation des arts divers. Le rôle central de l'académie est de créer sans cesse ces cadres privilégiés, car la liberté n'est pas statique. Une académie est essentiellement aussi un lieu de réflexion et de méditation des artistes, un lieu où ils peuvent prendre la parole à l'aide de leurs réflexions et de leurs oeuvres - ce qui est le principal. Et il s'agit là des artistes de toutes tendances stilistiques, politiques et d'autres courants, des artistes de tous les âges, sans prendre en considération le fait qu'ils soient en vogue ou non pour le moment. Donc il ne s'agit ni de traditionalisme ni de son autant terrible contraire le modernisme. Une académie est avant tout un endroit qui est ouvert dans toutes les directions où toutes sortes d'art et d'artistes sont tolérées et dont le seul critère est la qualité.
L'académie encourage - essaie d'encourager - des domaines qui risquent d'être opprimés dans l'entreprise d'art et médiatique, parce qu'ils ne s'adaptent pas au cliché dans des modes actuelles respectivement parce qu'ils ne conviennent pas bien au contexte politique et d'affaires ou bien parce qu'on les réduit au silence en raison du désagrément politique. Ainsi l'académie est également compensation et contrepoids contre l'institution d'art qui est tout spécialement déterminée par des intérêts non-artistiques.

 

Hans Henny Jahnn et son académie

La Freie Akademie der Künste à Hambourg est au centre de la vie de Hans Henny Jahnn dont il fut confondateur et spiritus rector. Il y a les lignes de deux perspectives à reconnaître dans l'idéologie de l'académie Ces perspectives après les expériences et les catastrophes des deux guerres mondiales - déjà établies dans les années passées - aboutirent sous la contrainte du temps à une rupture qui produisa un nouveau faVonnage assez bizarre: Il y a premièrement l'idée d'une communauté de conspirateurs, distinguée - pour ainsi dire - une communauté d'élite et deuxièment l'exigence d'un effet public et de la notoriété de l'artiste. Il s'agit donc d'une part des traits introvertis, ésotériques presque sectaires et d'autre part de l'exigence d'une vocation sociale même politique de l'artiste. C'est une contradiction, bien sûr, même si l'on considère à quel point les termes des questions sociales et politiques sont établis différemment chez Jahnn. Et pourtant cela n'est qu'une des nombreuses contradictions que Jahnn eut su unir. Cela fait sa manière ardue mais notamment toutefois sa grandeur.

La dévise et le principe unissant la communauté des artistes qui débuta comme Freie Akademie der Künste entre 1948 et 1950 c'est l'harmonie et, en même temps, de la tension. C'est une création de Jahnn et - malgré la part incontestable des solides membres de fondation comme Rolf Italiaander, Alfred Mahlau, Hans Erich Nossack und Gustav Oelsner - tellement caractérisée durablement par ses idées, ses projets et sa personnalité qu'elle partage jusqu'à présent son destin: d'être un étranger controversé, gênant dans la vie culturelle de Hambourg. Son propre génie artistique, qui fut universelle et ignora les domaines artistiques suggéra de rassembler sous un toit la totalité des arts.
On doit réaliser que la première pierre de la fondation de la Freie Akademie der Künste à Hambourg fut posée avant celle de la Berliner Akademie der Künste , à savoir dans la même année, dans laquelle la Bayerische Akademie der Schönen Künste se constitua: 1947 Le fait que tous les arts se retrouvent sous un seul toit n'offre pas seulement la possibilité des discussions et de la coopération des différents espèces d'art mais est également la tentative continue de contredire effectivement l'idéologie de la spécialisation fatalement étriquante, un phénomène qui prend de plus en plus racine dans le domaine d'art, tout à fait dans le sens de Jahnn, qui déplore les déformations professionnelles comme, pour ainsi dire, monstruosité contre esprit et corps.

Egalement la Freie Akademie der Künste est restée - tout à fait au sens de Jahnn - l'institution, dans laquelle la ligne politique est déterminée par les artistes, et non pas, comme c'est la règle dans la plupart des cas, plus ou moins par des personnes extérieures. Ce fait, ainsi que sa composition vraiment pluraliste et d'une grande complexité, exclut la seule exigence concernant les tendances modernes et aussi un traditionalisme stéril. Surtout aujourd'hui où, de plus en plus, des intérêts commerciaux, politiques et corporatifs et, notamment, une complaisance à l'égard des médias mettent en danger l'indépendances et l'importance de l'art, une institution comme la Freie Akademie der Künste se révèle tout simplement indispensable.
C'est pourquoi le premier article de ses statuts demande le soutient de la liberté et l'exigence de l'art vis-à-vis de l'état et de la société.